Développer sa créativité en marchant. Une théorie prouvée par 2 chercheurs de Stanford. 

Tout commence par un rituel d’entreprise

Quand on s’intéresse à la culture de l’innovation, il est toujours passionnant d’étudier les rituels qui se sont établis par tradition dans certaines entreprises.
Un rituel est la démonstration des règles et habitudes fixées par une tradition et imposées par l’histoire de l’entreprise (les déjeuners en 2/2 du club med, la porte/bureau aux débuts de Amazon, les matinées surf à Inside HR) ou les croyances de ses dirigeants (former ses salariés les rend plus compétents).
 
Ces rituels peuvent être très classiques comme l’intégration des collaborateurs qui commence par la présentation de l’historique de l’entreprise comme à Raja ou Michelin. Les soirées « Pizza Tuesday » de Coca-Cola Australie. Les remises des prix de l’idée la plus innovante comme chez Orange ou les déjeuners d’entreprise comme à regions job. 
 
Les rituels les plus intéressants sont ceux qui sont tellement liés aux cultures d’entreprises qu’ils ne peuvent pas être copiés comme du prêt à porter.  Je pense par exemple au choix d’une porte pour en faire un bureau comme au début d’amazon, à la fête de la défaite de Intuit, au chèque de 2000$ proposé aux nouveaux salariés de Zappos pour vérifier qu’ils sont bien là pour les bonnes raisons ou aux hackathons d’une journée de Atlassian, avant que le hackathon devienne une mode.
 
Parmi ces rituels il y en a un qui est plus particulièrement attaché aux entreprises technologiques de San Francisco ou ce rituel a commencé : les réunions en marchant.  C’est Steve Jobs qui a commencé ce rituel avec de grandes marches qu’il faisait avec certaines personnes pour refaire le monde ou simplement réfléchir comme on peut le voir dans plusieurs des biopic qui lui sont consacrés. 
 
Ce rituel n’a pas disparu avec lui, bien au contraire, car 2 entrepreneurs influents perpétuent la tradition : 
 
> D’un coté Mark Zuckerberg qui pour certains recrutements propose une promenade à travers palo alto jusqu’à un point de vue sur la ville d’où l’on peut voir HP
> De l’autre Jack Dorsey, fondateur de Twitter et Square qui organise régulièrement ce qu’il appelle « les marches de Gand » qui consistent à marcher 2 miles (3,5 km) entre la statue de Gandi située au terminal des ferry et le siège des 2 entreprises sur market street.
 
Créativité et Marche à Stanford
 

Une étude sur l’impact de la marche sur la créativité 

Ce n’est pas une surprise si à une demi-heure de là par train, une étude menée par Marily Oppezzo et Daniel Schwatz du département de psychologie de Stanford montre que la pensée créative, source de l’innovation, s’améliore de 60% en marchant.
 
L’étude a montré que la marche pouvait booster l’inspiration et le facteur principal est bien l’action physique et pas l’environnement. Cette étude consistait en 4 expériences impliquant 176 étudiants de Stanford. Les participants étaient placés dans 4 conditions différentes :
1 – Marcher sur un tapis roulant OU assis à l’intérieur – à chaque fois face à un mur blanc
2 – Marcher à l’extérieur OU en se étant poussé dans un fauteuil roulant sur le campus pour donner le même mouvement visuel que lors de la marche.
 
Une fois ces exercices réalisés, les étudiants réalisaient 3 exercices de 5 à 15mn utilisés pour mesurer leur créativité, leur production d’idées originales et leur capacité de « pensée divergente ». 
 
1. Le premier exercice consistait à trouver un maximum  d’usages originaux possibles à un objet – comme un trombone ou un pneu par exemple – en 4mn. Une réponse étant considérée originale si aucune autre personne du groupe n’avait eu cette idée. 
Résultat : La majorité des participants ont donnés 60% de plus d’usages originaux après une séance de marche qu’en restant assis. De façon indifférenciée que la séance de marche est été à l’extérieur ou sur un tapis roulant.
 
2. Le seconde exercice évaluait la production créative en mesurant la complexité d’analogies complexes spontanées données par les participants à différentes propositions. Par exemple la réponse «  Un soldat souffrant de stress post-traumatique » est une analogie complexe de « Un cambriolage » car cela capture le sentiment de perte et de violation. Ce qui n’est pas le cas d’une réponse comme « une maison vide » ou « des tiroirs ouverts ». 
Résultat : 100% de ceux qui ont effectué une marche pouvaient générer au moins une analogie originale de bonne qualité alors que parmi ceux qui étaient restés assis seulement 1 sur 2 en étaient capable.
 
3. La troisième exercice consistait à donner aux participants une tâche d’association de mots souvent utilisés pour mesurer la concentration. 3 mots sont donnés et les participants doivent trouver le mot qui peut être utilisé avec les 3 mots. Par exemple, quel mot qui peut être utilisé avec Adam, terre et douche…*?. Avec tarte, tête, français….Fromage
Résultat : Le contraire ce qui était attendu est arrivé. Ce sont ceux qui ont répondu en marchant ont eu des résultats moins bons que ceux qui étaient restés assis. Ce qui est censé mettre en évidence que la marche est bonne pour émettre des idées mais pas pour se concentrer.
 
« Seules les pensées que l’on a en marchant valent quelque chose »

Organiser une marche créative

Une réunion créative en marchant s’organise un minimum. Marcher avec quelqu’un devient plus personnel qu’une réunion rigide nous enfermant dans des réflexes anti-innovation qui consiste à écouter d’une oreille discrete tout regardant ses pieds si vous êtes en France et en ville, 
 
Comment organiser une réunion en marchant ?

Sélectionner le type de réunion adapté à une promenade

Evidemment toutes les réunions ne se prêtent pas à l’exercice. L’idéal étant de rassembler un petit groupe avec, comme objectif de réunion, l’émergence d’idées. Penser aussi que ce type de réunion informelle permet d’être plus personnel et informel.

Préparer le chemin en fonction de la durée  de la réunion  

La promenade entre les bureaux de Square et la statue de Gandi ou entre les bureaux de Facebook et le point de vue est de 30mn. Identifiez aussi des parcours de 15mn à 1 heure. Evitez les parcours bruyants, trop pentus ou encombrés et ayez une destination en vue (un point de vue, un lieu spécifique. Idéalement planifiez un retour par un chemin différent de l’aller. Faire un aller-retour case l »effet « aller quelque part ». Et vérifiez la météo. 
 

Les réunions en marchant sont plus adaptées sous cetaines conditions

C’est difficile de pouvoir marcher à plus de 3 côte à côte sans se retrouver derrière ou sur la route. Une marche à 9 personnes peut rapidement devenir 3 réunion de 3 personnes ou 4 réunion de 2 avec quelqu’un laissé à part. 
L’idéal est donc la réunion par 2 comme une réunion de reporting, un entretien dans lequel l’absence de formalisme peut permettre de mieux cerner le candidat.  
 

Prenez en compte la vitesse de votre interlocuteur

Il ne s’agit de faire ce que les américains appellent le « sweatworking » mélange de sueur et networking dans lequel vous invitez vos clients, prospects ou fournisseur à venir courir avec vous, vous entraîner à la gym ou en ce qui me concerne surfer.  
 

Partez léger

Gardez juste votre téléphone pour prendre ou dicter des notes si vous ou l’un des participants trouve une idée brillante. Vous n’êtes pas à l’abri, si vous savez les reconnaître.
 

Prévenez les participants à l’avance 

Histoire de ne pas vous retrouver en talons hauts. L’objet de la réunion en marchant est de se concentrer sur ses idées, pas ses ampoules.
 
 
Maintenant si la marche permet de la créativité, ce n’est pas en marchant qu’archimede a lancé son eureka. 
hum, je me demande si je ne devrai pas parler de prendre un bain tous ensemble la prochaine fois, et bien sur nu comme les japonais… 
 
*Pomme
Share This
%d blogueurs aiment cette page :