Uberisation

Il y a autant de définitions de l’Uberisation qu’il y a de consultants en France. Comme si finalement l’Uberisation pouvait être utilisé pour illustrer un angle précis de votre business modele.

Est-ce une question de relation client ?
Est-ce une questions d’automatisation ? De plateformisation ? De marché bi ou multilatéral ? 

Ce qui est sur en tout cas est que nous savons maintenant que l’uberisation n’était que le début ! 

En menant 6 mois de recherches sur la création d’Uber pour mon Podcast « Startup Autopsy » j’ai décortiqué la stratégie suivie par ses créateurs, les pratiques de management et la culture d’entreprise.

J’ai ainsi identifié 6 éléments incontournables que toute entreprise doit prendre en compte pour comprendre cette Uberisation sans tomber dans les clichés ou l’inquiétude inutile. 

> Insatisfaction Client : L’absence d’empathie comme accélérateur de la digitalisation
> Digitalisation : Numérisation des savoirs et montée de l’IA
> Démocratisation : Commoditisation et déplacement de valeur
> Du service à la solution : Anything as a service devient anything as a solution.
> Défragmentation : Un intervenant unique reprend la relation client à son compte
> Transfert du travail sur client le client : Déplacement de responsabilité. Ikéa, comme modèle d’uberisation ? 

Évidemment, comprendre les éléments de l’uberisation n’est plus vraiment un sujet. Le sujet s’est déplacé sur l’absence des entreprises françaises au niveau mondiale, de la vision limitée des pouvoirs publics ou de la part de l’IA uberisant les «uberisateurs». 

 

uberisation
Share This