> La licorne de l’année : Toutiao
> Le déclassement de l’année : The honest company
> Ils nous ont quittés : Jawbone, Yik Yak, Juicero,
> Quel point commun entre les moniteurs pour bébé et les sex toys connectés ?
> Ils nous ont déçus : Kodak, Gopro,
> Retour sur le Samsung S8
> Le Bitcoin
> Et bien sur les bonnes résolutions à la con

Numéro spécial fin d’année 

Nous sommes à une semaine bizarre car autant d’articles paraissent pour proposer une rétrospective de l’année passée que pour présenter les tendances 2018.
Je vous propose de faire de même et de commencer par un retour sur les événements importants pour l’innovation de l’année passée.

GAFA


Les Licornes 2017

57 entreprises ont rejoint le club des licornes en 2017. Pour les néophytes, une licorne dans le jargon tech, est une entreprise qui dépasse une valorisation de 1 milliard de dollars.  C’est peut-être moins que les 81 nouvelles licornes de 2015, mais cela nous amène à fin 2017 à 227 licornes.
A noter que 50% de ces startups proposent des services liés aux techno de l’information et logiciels et que 7 des 10 premières licornes sont Chinoises.
Notons que malheureusement, seulement 4 startups sur 57 ont une femme comme fondatrice !
C’est l’aggrégateur de contenu Toutiao qui détient la plus forte évaluation avec $20 milliards pour un revenu 20197 de $900 millions et plusieurs levées dont le montant atteint $3 milliards et qui a racheté musicaly pour 800 millions en 2017 après avoir tenté d’acheter Reddit en 2016.
Parmi les entreprises qui perdent leur statut de licorne : Shazam acquise par Apple pour 400 millions et amazon a racheté son clone du monde arabe Souq.
Les seuls noms un peu connu du grand public sont Deliveroo et Quora qui sont en queue de peloton à environ $2 milliards et $1,7 milliard de « valo ».
Enfin, à noter que l’évaluation de « the honest company« , entreprise fondée par l’actrice jessica alba est sorti du classement à cause d’une valorisation en baisse suite à des poursuites pour notamment – mais pas que – publicité mensongère.
Leur réaction a été mal jugée par le marché : Plutôt que de faire une enquête et éventuellement amende honorable, l’entreprise a préféré dénier les accusations à la manière d’Elisabeth Holmes. Je développerai son histoire dans un prochain numéro d’innovation autopsy bientôt en ligne.
Bref, son plan de levé de fond de 2016 s’est évaporé et Unilever a changé ses plans de rachat pour reprendre le concurrent Seventh Generation.
En tout cas, prenez note, pas bonne idée de s’appeler honnête si vous ne l’êtes pas.

Ils nous on quitté en 2017 

Les startups qui ont fermé en 2017 :
> Les spectacles – les lunettes de snapchat
> Yik Yak. La plateforme sociale qui permettait de rester anonyme  et dont la valorisation avait atteint 400 millions a fermé en avril après avoir été le centre de plusieurs affaire de harcèlement et avoir du mal à garder ses utilisateurs lui préférant Snapshat ou instagram.
> Jawbone qui a tiré sa révérence en Juillet. Valorisée 3 milliards pendant un moment – oui une licorne mesdames et messieurs – le pionniers des objets connecté avec son bracelet podomètre et ses enceintes bluetooth qui a vécu pas mal de problèmes de qualité et des coûts de justice exorbitant dans une poursuite sans fin contre  son concurrent Fitbit accusé de vol de secret industriel après avoir recruté d’anciens salariés. L’entreprise a pivoté depuis et propose désormais du matériel et des logiciels médicaux.
En même temps, Fitbit aussi a du mal. Après tout même Nike a jeté le gant avec son bracelet connecté ! Le marché que ABI research avait prévu être de 485 millions d’objets connectés portables vendus par an dans le monde  à fin 2017 n’a atteint « que »  310 millions en 2017. Le marché est notamment porté par les montres connectées.
Selon moi 2 choses empêchent une progression plus rapide de ce marché :
1 La peur des ondes trop près du corps/cerveau. Nous attendons toujours une enquête irréfutable, rassurante et connue du grand public sur le sujet;
2 Nous attendons aussi  un produit «must have» dont l’utilité serait vraiment prouvée, pas l’apple watch donc.
> Juicero en septembre. L’entreprise a annoncé sa cessation d’activité alors que Doug Evans son fondateur était à Burning Man. L’entreprise qui avait  levé 118 millions de dollars d’investissements en 2013 pour concevoir et construire une machine presseur de jus … 3 ans plus tard….3 ans….pour un presseur de jus… Cette machine  que Doug Evans présentait aux investisseur comme capable de soulever 2 teslas (la voiture, pas l’inventeur) s’est finalement avérée inutile puisque les poches à jus vendues avec la machine pouvaient être pressée à la main !
>Et bien sur Storify mais nous en avons parlé dans le dernier InnovationWeekly

Les objets connectés pour enfant 

2017 a confirmé que un internet des objects non régulé à destination des enfants est une très mauvaise idée. Des chaines pour enfants ou n’importe qui peut publier des vidéos l’est aussi – n’est-ce pas youtube
En Février, l’Allemagne et la Norvège ont interdit la vente de My friend cayla, une poupée connectée mi google home / mi siri,  facilement piratable par des hackers qui « auraient » alors pu parler avec les enfants.
Le pire a sans doute été le moniteur pour bébé Aristotle de Mattel, ce Alexa pour enfant. Développé en partenariat avec Microsoft, le moniteur filmait et enregistrait les enfants via une connexion à internet. De quoi rendre un peu nerveux pas mal de parents.
Bon, je ne devrais pas mettre ça dans la même rubrique pourtant les sujets sont liés : Les objets connectés pour adultes aussi ont montré leurs limites !
Nous apprenions en mars que We-vibe le masseur de visage – selon la Redoute – enregistrait les habitude de jeu de ses utilisatrices  et pouvant être piraté facilement pouvait être commandé par quelqu’un d’autre que l’utilisatrice ou son camarade de jeu.
Ensuite, en Novembre on apprenait que la manette – appelons ça une manette – lovesense enregistrait 6 minutes d’audio pendant son utilisation.

Le grand retour de Kodak…ou pas

On y a cru et puis non. Après avoir vendu pour 500 milliard de dollars de brevets pour se renflouer, la marque a tenté un retour à la Rocky Balboa – qui s’est terminé en retour de Bjon Borg – avec le Kodak Ektra (en homage aux péliculle ektachrome).
Il s’agissait d’un smartphone couplé à un appareil photo de 21 megapixels (les smartphones les plus récents comme l’iphone X sont limités à 12 MP).
Mais « pouf » la conception du téléphone etait mauvaise, le capteur pas terrible, l’OS Android dépassé et en plus…les photos obtenues n’étaient pas terrible…le comble.

A suivre car ils pourraient nous quitter prochainement


Gopro

La société dont l’action valait à son lancement 96$ a fait une chute libre (qui n’a pas été filmée) pour passer sous les 8% depuis mars 2017.
Après une offre publique initiale incroyable qui a valu en 2014 un article dans Forbes comparant le fondateur de Gopro, Nick Woodman, comme digne successeur de Steve Jobs – ce qui semble être une malédiction car ceux qui sont comparé à Jobs font souvent faillite assez rapidement…
Mais depuis 2 ans c’est le drame : produits bâclés, comme le drone Karma dont la batterie cessait de fonctionner pendant le vol. Le produit qui devait marquer le renouveau de la marque cessait de fonctionner en vol. On apprendra plus tard que c’était simplement à cause d’un fixation en plastique.
Les choses ont commencé à se gâter mi-2015 avec notamment la sortie du Hero4 Session. Un cube waterproof noir sans écran avec un seul boutton vendu 399 dollars. Le même prix que la hero4silver bien mieux équipée.
Pour Woodman ce prix s’expliquait parce que selon lui la Hero4 Session était la gopro ultime ! Ben voyons.
Quitte à faire une connerie autant la faire jusqu’au bout, il s’est aussi dit que son produit était tellement génial qu’il allait devenir viral par lui-même et n’aurait donc pas besoin de marketing ! Les Gopro se vendent comme des petits pains de toute façon, n’est-ce pas ?
Je la fais cours mais 2 mois plus tard le prix de la caméra a chuté de 100$ et d’encore 100 dollars juste avant avant Noel.
Depuis l’entreprise est revenu en mode Innovation continue « pépère » en perfectionnant ses produits existants et en prenant le temps de peaufiner une nouvelle caméra haut de gamme appelée fusion qui permet de choisir son angle de vue après le tournage alors que de leurs cotés les concurrents fourbissent leurs armes comme par exemple Google clips.

A suivre 


Le Bitcoin

Sa valeur a été multiplié par 15 en 2017, ce qui a bien sur motivé les banquiers – tu m’étonnes – et des prix Nobel de prévenir du risque d’une bulle. Ils ont été rapidement rejoints par les concernés par l’environnement vu l’impact énergétique du minage de Bitcoin
regardons rapidement la progression ; 1000 euros en février, 2000 en mai, 5000 fin septembre…et là tout s’accélère…10 000 euros § semaines plus tard avant de frôler les 17000 euros le 16 décembre pour perdre 30% de sa valeur et atterrir à 12 000 euros le jour de noel – qui cette année je vous le rappelle était le 25 décembre.
il faut savoir que 1 000 personnes détiennent 40 % du stock de Bitcoin et qu’il suffit que quelques une d’entres elles vendent pour déstabiliser le cours.
En ce moment il y a 2 camps : ceux qui regrettent de ne pas en avoir acheté – ou pire qui en ont eu mais s’en sont séparés – alors que d’autres ont été refroidi par la faillite de la plateforme coréenne de crypto-monnaie youbit le 19 décembre à cause d’un piratage qui leur a couté 17% de leurs actifs.
retour à la réalité, les cryptomonnaie ne peuvent pas être falsifiées mais les porte-monnaies qui les contiennent peuvent être volés ! Ah, et aussi, la SEC – l’autorité des marchés financiers – à suspendu la cotation de Crypto une plateforme US pour manipulation de cours. N’oubilez pas non plus que l’algorithem limite à 21 millions le nombre de bitcoins en circulation – nous approchons les 17 millions à fin décembre 2017.
Quel est le cours que le bitcoin atteindra en 2018 ? 
1> Le cap des 20.000 à 25.000 dollars semble atteignable, après une correction vers 17.000 la semaine de Noël. Certains observateurs optimistes voient déjà le Bitcoin à 50.000 ou 100.000 dollars.
2> dans quelle mesure une intervention du régulateur pourrait influencer cela ? En septembre 2017, Pékin a fait plonger le cours du bitcoin en annonçant l’interdiction des ICO (Initial coin offerings). Mais les investisseurs pourraient aussi commencer à intégrer dans le cours la possibilité de plus d’interventionnisme.

Benjamin Chaminade est entrepreneur et conférencier en culture de l’innovation, RH, en management de l’innovation, innovation managériale, Intergenerationnel et sur l’avenir du travail et de l’entreprise.

Share This
%d blogueurs aiment cette page :