L’engagement politique…Virtuel et éphémère ? Le 17 novembre à Paris

Nov 9, 2011 | Transformation managériale | 0 commentaires

Engagement politique. Pour ceux qui n’ont pas assisté au premier colloque qui a marqué le lancement d’ADN, nous avons débattu de la génération Y. Si cette génération des 20-30 décrites est souvent décrite comme zappeuse, consommatrice, individualiste et  technophile qu’en est il vraiment de son engagement ? Comment s’engage, et pour quoi s’engage, cette génération qui semble déserter les partis politiques, les églises et les syndicats, mais que l’on retrouve active dans les réseaux sociaux et les associations ?

La Fondation ADN veut observer et comprendre avec des expériences, concrètes, avec les acteurs, pour voir quels outils ou solutions pourraient être développés. D’abord pour faciliter l’engagement politique, ensuite pour le renouveler. Parce que l’on part du présupposé, dont nous allons débattre, que la vie commune suppose l’engagement, c’est-à-dire l’action collective, au nom de valeurs. 

L’idée de ce club de réflexion ouvert à des experts, des chefs d’entreprises, des intellectuels, est partie d’une « insatisfaction sur ce qui se faisait en matière de prospective » lancé à l’initiative de Nathalie nathalie kosciusko-morizet. Il a été lancé sur le débat que la prospective réservée « au seul champ universitaire se heurte vite à des limites ». Elle doit donc être affinée et complétée par l’expérience des « acteurs de terrain ».

L’engagement politique sur le terrain

Entre-nous il est évident qu’il s’agit d’un club de réflexion lancé pour ne pas se laissé distancer par Jean-François Copé  et son « Génération France) » ou Laurent Wauquiez et son club « la Droite sociale ». Clubs qui ont fleuris à l’approche de la présidentielle de 2012.

L’engagement il y a 30 consistait à faire une promesse (à un parti, une armée et une religion, mais toujours à une communauté et à ses valeurs) et à s’y tenir. Il semble que aujourd’hui l’engagement soit plus personnel que collectif et de plus éphémère que dans la durée. Est ce un sentiment ou une réalité ? Et si les modalités de l’engagement sont différentes aujourd’hui, alors, quelles sont-elles ? De nouveaux engagements pour une nouvelle démocratie ?

engagement politique

Ces articles pourraient aussi vous intéresser 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.