Premortem – Eviter l’échec en le regardant dans les yeux

Premortem – Eviter l’échec en le regardant dans les yeux

Avant de conclure un brainstorming et valider le lancement d’un projet, commencez par en anticiper son échec potentiel ! 

L’un des plus gros problèmes de la créativité – à part tomber en panne de post-it – est de penser que d’inscrire une idée sur un Paperboard suffit pour qu’elle se réalise.

C’est ainsi que beaucoup de projets sont lancés avant d’avoir pris le temps de réfléchir aux obstacles que celui-ci va rencontrer.

C’est pour éviter cet écueil que je vous présente le Premortem

C’EST QUOI LE PREMORTEM ? 

Un outil pour réduire le risque d’échec

Tout le monde sait ce qu’est un post-mortem dans le domaine médical : c’est une autopsie qui permet de comprendre les causes d’un décès. Ce qui permet à la science d’avancer et à la famille de faire son deuil.

C’est justement pour réduire les risques de faire le deuil d’un projet que j’utilise le premortem pour identifier les causes qui pourraient provoquer son échec. Le Premortem est donc une méthode demandant de se projeter dans le futur et ouvrant une discussion sur les risques probables qu’une idée tourne au fiasco ou qu’un projet deviennent un PFQQC. Voir la vidéo pour savoir de quoi il s’agit.

Une étape incontournable d’un brainstorming

Cet exercice de groupe commence à la fin d’un brainstorming, quand la fiche idée a été réalisée (fiche destinée à transformer une idée en plan d’action) ou quand un projet a reçu le feu vert de la direction.

Avec le Premortem, on donne deux responsabilités aux participants :

  1. Trouver les raisons pour lesquelles le projet pourrait échouer
  2. Prendre la responsabilité de surveiller ces raisons qui pourraient faire capoter le projet

Pour cela on demande aux participants de se projeter dans l’avenir – souvent 2 à 3 ans – pour regarder à postériori les raisons pour lesquels le projet a échoué.

Effet de recul prospectif

Le fait de se projeter intellectuellement dans l’avenir pour regarder son projet comme s’il était déjà passé permet d’avoir une vision plus pessimiste de celui-ci qui permet d’être plus réaliste.

À ce sujet, il a été démontré en 1989 par Beth Velliot, Gary Klein et Sterling Wiggings dans leur évaluation du premortem que la capacité de projection – c’est-à-dire le fait d’imaginer qu’un événement a déjà eu lieu – améliore les chances de réussite d’un projet de 30%.

Cette projection dans l’avenir d’un projet qui n’a pas été encore réalisé a même un nom : il s’agit en anglais de « prospective Hindsight » et en français « d’effet de recul prospectif ».

A QUOI SERT LE PREMORTEM

L’objectif du Premortem est donc de maximiser les chances de réussite d’un projet en identifiant ses failles potentielles, les risques probables de défaillance, les points de vigilance et les corrections préventives à lui apporter.

Finaliser un Brainstorming

Il arrive régulièrement qu’un brainstorming s’achève sur une page de paperboard remplie de post-it. Ça donne l’impression d’avoir été productif, certes, mais les chances qu’aucune idée ne sera suivie d’exécution sont très élevées.

En lançant une discussion sur l’avenir des idées proposées, le Premortem est un excellent exercice pour augmenter les chances de passage à l’action des idées proposées et éviter que le brainstorming ne se termine pas comme s’il n’avait été qu’un exercice de Team Building sans ambition autre que passer un bon moment.

Maximiser les chances de réussite du projet

L’une des principales règles de la créativité, est qu’une idée fera tout ce qu’elle peut pour ne jamais se concrétiser. C’est ici qu’intervient le premortem en aidant à s’interroger honnêtement sur les raisons pour lesquelles le projet peut échouer. Ce qui permet de renforcer sa vigilance en étant obligé de regarder en face les risques probables d’échecs plutôt que de les ignorer.

Selon l’étude de 2001 de Charlan Nemeth, John Rogers & Keith Brown « Devil’s advocate vs. authentic dissent: Stimulating quantity and quality » parue dans le European Journal of Social Psychology, 31, 707-720, organiser un premortem est mieux que l’exercice de l’avocat du diable dans lequel un membre de l’équipe est chargé de prendre une position contraire aux idées proposées par le groupe.

La raison est que non seulement cet exercice de l’avocat du diable n’améliore pas la qualité d’un projet mais en plus, comme ce rôle est attribué dans un exercice, l’avocat du diable n’est pas toujours pris au sérieux par le reste de l’équipe puisque les critiques émises le sont pour répondre à l’exercice et ne sont donc pas forcément réelles et sincères.

3 Tempérer l’optimisme

Selon l’étude des chercheurs canadiens Roger Buehler, Dale Griffin et Michael Ross « Exploring the Planning Fallacy » parue en 1994 dans Journal of Personality and Social Psychology, il semble que nous avons tendance à surestimer la facilité à réaliser un projet. Il s’agit du biais cognitif de « l’Optimisme de réalisation » ou « Planing Fallacy » en anglais.

Selon cette étude, lorsque nous nous projetons dans l’avenir pour évaluer une durée de réalisation, nous prenons rarement en compte notre expérience passée. L’étude prend notamment l’exemple de contribuables canadiens qui surestimaient le temps de remplir leur déclaration d’impôt d’une semaine.

Pas besoin d’aller aussi loin pour voir que cet optimisme de réalisation peut aussi être bien français. L’exemple est facile mais je pense à l’EPR de Flamanville qui devait entrer en service en 2012, puis en 2018 et finalement annoncé pour fin 2022 (la blague à 1 milliard d’euros par an)

Cette expérience n’aura pas suffi à mieux évaluer le temps de réalisation de l’EPR d’OLKILUOTO en Finlande qui devait ouvrir en 2014 !  

lEPR dOLKILUOTO

LES ETAPES DU PREMORTEM 

1 – Se projeter dans le futur et imaginer que le projet a échoué

L’équipe doit se projeter dans l’avenir – je conseille 3 ans pour que l’équipe soit face à un niveau d’incertitude maximum et ouvrir au maximum le champ d’investigation – et considérer que le projet a échoué

2 – Générez des raisons d’échecs

Les participants prennent quelques minutes individuellement pour déterminer les raisons qui selon eux ont fait échouer le projet en répondant à la question : « Pourquoi ça n’a pas marché ? »

Il est important de préciser que ces raisons peuvent ne pas être politiquement correctes. Ce qui se dit dans le groupe reste dans le groupe. 

3 – Consolidez la liste des raisons de l’échec 

A tour de rôle, chaque membre donne une raison qui selon lui a condamné le projet. On fait autant de tours de table qu’il y a de raisons identifiées. C’est important que les personnes interviennent à tour de rôle pour laisser tourner la parole et que chacun donne son avis sur la raison d’échec évoquée.

Ensuite, le groupe classe les raisons d’échec en fonction de leur degré de probabilité de réalisation. Il est aussi possible de donner une évaluation des chances que l’échec évoqué advienne.

4 Demandez au membre du groupe de prendre la responsabilité de l’une des raison d’échecs

De façon volontaire, chaque membre devient responsable du risque qu’il ou elle a choisi de surveiller et de veiller à ce que ce risque ne se réalise pas. 

Ainsi par exemple, vous voyez dans la photo ci-dessous -provenant d’un Premortem pour l’organisation d’un séminaire de lancement d’une démarche de changement – que Pierre est devenu « le responsable du fun », en prenant en charge la surveillance du risque que les participants du séminaire ne s’ennuient.

exemple premortem

CONCLUSION

Le Premortem  est un outil incontournable qui permet de franchir plusieurs étapes e la démarche créative :

  • Se projeter dans l’avenir
  • Critiquer le projet
  • Réfléchir à des plans de contingence
  • Se préparer à l’échec pour ne pas perdre sa motivation
  • Responsabiliser les protagonistes

 

Attention, en faisant un Premortem du Premortem, le principal risque est de ne pas d’identifier ce que l’on appelle les «Cygnes noirs». C’est-à-dire des événement imprévisibles qui ont une faible probabilité d’arriver mais qui peuvent avoir des conséquences d’une portée considérable et exceptionnelle.

Par contre, le Premortem vous permettra d’éviter les “Rhinocéros gris” comme les appelle Michele Wucken, c’est-à-dire des dangers prévisibles qui ont été volontairement ignorés !

Le Premortem à télécharger

Premortem benjamin chaminade
La matrice d’idées pour Startup

La matrice d’idées pour Startup

Trouver une idée, c’est facile, mais trouver une idée que l’on souhaite exécuter et dans laquelle on est prêt à investir son temps et son argent (ou celui des autres) est une autre affaire.

Selon moi, quand on parle d’entrepreneuriat, il ne faut surtout pas chercher d’idées. Je crois fermement qu’une idée ne peut pas être trouvée même qu’elle doit vous assaillir. Parce que vous avez personnellementrencontré un problème ou identifié un espace vide.

Une idée doit vous prendre par surprise et vous obséder pour devenir la seule préoccupation professionnelle de votre vie. Elle doit être suffisamment forte pour vous donner une direction à suivre (et une seule) pour vous éviter de vous perdre à chasser plusieurs idées qui ne vous mèneront nulle part.

Maintenant, si vous jugez qu’une idée d’entreprise doit être rationnelle, provenir du benchmark de votre industrie, de l’expérience de vos clients et de l’identification de leurs problèmes, il y a un moyen pour vous aider à trouver une idée…

Ce moyen, présenté par Chris Dixon (investisseur dans Oculus, Buzzfeed ou Soylent) et popularisé par Eric Stromberg (co-fondateur de Oyster et advisor à IFTTT) s’appelle la “Startup Idea Matrix

Temps de lecture
3 minutes

En Abscisse dans la version Consumer : Un pèle mêle de pratiques, proposition, stratégie, tactiques et business models.

  1. Bring an offline behavior online
  2. Aggregate the long tail and drive discovery
  3. Make it a subscription
  4. Bring rentals to market at lower cost
  5. Make a paid product free or very cheap
  6. Create a marketplace
  7. Build a discovery driven experience (push model)
  8. Build a vertical brand
  9. Produce original and exclusive content
  10. Streamline a process through tech
  11. Build a messaging interaction model
  12. Build an audio/voice interaction model (for Echo, etc.)
  13. Create a new consumption or creation format
  14. Enable easier creation
  15. Build an AR/VR app
  16. Build it as mobile native
  17. Apply blockchain
  18. Remove features to launch a simpler/better product
  19. Use AI to create an assistant or other unique product
  20. Offer loans or insurance
  21. Target a specific segment of the market
  22. Build a software management layer
  23. Build a trusted widget / API integration
  24. Create a full-stack offering
  25. Make it on demand
  26. Build a GC community
  27. Build hardware that unlocks new use cases
  28. Make it Peer-to-Peer
  29. Target a new or emerging market
  30. Make it a service

En Ordonnée : Le marché ou secteur économique

  1. Shopping
  2. Mobile Video
  3. Gaming
  4. Travel
  5. Kids
  6. Education
  7. Fashion
  8. Sports
  9. Media
  10. Cars
  11. Pets
  12. Finance
  13. Fitness
  14. Consumer Packaged Goods
  15. Productivity
  16. Photos
  17. Mental Health
  18. Healthcare
  19. Real Estate
  20. Fast Moving Consumer Goods
  21. Cooking
  22. Food & Drink
  23. Restaurants & Delivery
  24. Parenting
  25. Senior
  26. Weather
  27. Careers & Hiring
  28. Local Services
  29. Faith & Inspiration

 

30. Transportation
31. Communication
32. Beauty & Health
33. Deals & Coupons
34. Dating
35. Gifting
36. Blogging
37. News
38. Wedding
39. Security
40. Home

Même mélange pour la version B2B.

startup idea matrix glukoze

 

Certaines des cases contiennent un exemple de Startup mais ce n’est pas une carte exhaustive de la scène Startup. C’est simplement un point de départ pour trouver de nouvelles idées de business. Ce qui explique ce fouillis d’intitulés.

Nous sommes en train de travailler sur une matrice similaire ne présentant que les business models. Nous vous la présenterons rapidement avec la méthode l’accompagnant.

À suivre…

Identité de marque – Mode d’emploi

Identité de marque – Mode d’emploi

Identité de marque. Depuis quelques jours nous avons mis en ligne la campagne kickstarter proposant la première série de nos decks «Brand&Logo Storming» destinés à identifier la personnalité de sa marque avant éventuellement de s’adresser à une agence ou à un graphiste.

L’identité de marque ou product-brand fit

Trouver cette identité est la fondation sur laquelle repose tout le reste : packaging, qualité du produit/service, canal de commercialisation, son prix, bref les 4P…classique.

Mais cela va plus loin ! De cette identité dépend la raison pour laquelle les salariés qui rejoindront votre marque seront fiers de travailler pour celle-ci !

identité de marque

L’exemple parfait pour parler de ce Product/Brand fit est le cas de Garrett Camp, celui qui a eu l’idée originale de UBER et que je relate en épisodes sur Medium et en Podcast. Avant de développer quoi que ce soit il réfléchira longtemps à trouver un nom expriment à lui seul la simplicité et l’exclusivité d’utiliser son service de taxi à la demande.Garrett répétera par la suite avec ses autres entreprises : Mix, Expa ou Spot qui ont à chaque fois des noms courts et dont le lien avec le produit est logique et qui soit mémorable. Garrett avait même déjà pensé à la “petite phrase” qui expliquerait son service en quelques mots : Soit en misant sur l’exclusivité avec «Everyone’s private driver» soit en étant plus accessible avec le slogan «Taxis on demand».

L’identité de la marque vient en premier à ex aequo avec ses valeurs (qui sera notre prochain deck).
Scott Belsky, le fondateur de Behance, résume bien la place de la marque dans la démarche de création d’entreprise et donc de marque : Avant son Product/Founder fit qui est le moment où le fondateur trouve la bonne équipe pour lancer et développer un projet et vice-versa. Avant le Product/Market fit qui est le moment où le produit rencontre un besoin client, il ne faut pas oublier la première étape : Trouver son Product/Brand fit. C’est à dire, de trouver la personnalité, le nom et la phrase qui deviendront synonymes de votre produit et qui pourra facilement se répandre sans friction. Pensez Kleenex, pensez post-it, pensez frigo. 

personnalité de marque

Qu’est ce que l’identité de marque ?

L’identité est la façon dont une entreprise, un produit, un service se présente. Elle sert à orienter la perception que ses clients auront d’elle. Attention, l’identité de marque n’est pas l’image de marque ! L’image de marque correspond à l’intention qui émane de l’identité de la marque : son nom, son logo, ses couleurs, et tout autre éléments visuel utilisé pour assister la reconnaissance et la promotion de la marque. L’identité (fantaisiste et versatile) est la fondation, l’image le résultat (couleurs limites psychédéliques de Desigual). 

Commencer à travailler son logo ou le l’image de sa marque avant de penser à l’identité de celle-ci est la recette parfaite pour échouer à créer une marque attractive dont identité et image sont alignées.

> Citons les marques classiques qui cherchent à plaire aux jeunes générations qui n’imaginent pas porter ou utiliser les mêmes marques que leurs parents. 

identité de marque

> Autre exemple de mauvais alignement : Les marques qui présentent un discours qui n’est pas en phase avec ses actions. Prenez le cas récent de Starbucks qui promeut la diversité et fait arrêter 2 hommes noirs. Résultat : 8000 magasins fermés pour que les collaborateurs suivent une formation sur la diversité. 

> Pepsi co qui a voulu surfer sur le mouvement «Black Lives Matter». Résultat : Un tweet de Bernice King, la fille de Martin Luther King, publiant une photo de son père molesté par un policier et accompagné du commentaire : « Si seulement Papa avait connu le pouvoir de Pepsi.» 

Il va sans dire qu’une marque sont l’identité est solidement intégrée de ses valeurs d’entreprise en passant par la qualité du service après vente et de son management permet d’économiser en promotion (SAVE) et devient l’asset le plus important de l’entreprise. Vous savez sans-doute que 50% de la valeur de Coca cola dépend de sa marque. Autre exemple, la marque Nike, est valorisée à 30 milliards d’euros en 2018 alors que nous sommes d’accord, enlever le logo des chaussures nike ne changerait rien à leur performance. 

Construire l’identité de sa marque 

Voici les étapes à suivre pour  créer une identité de marque forte et cohérente  : 

Analyser le marché

En avant la matrice SWOTE ( strengths, weaknesses, opportunities, threats, Environment) pour comprendre votre situation de départ. Si dans vos faiblesses vous identifiez que le nom de votre entreprise est méconnue du public peut-être devrez-vous vous orienter vers des attributs comme «Original» ou «aventureux».

Clarifier vos valeurs d’entreprise

Primordial si vous cherchez à développer une marque solide, créatrice d’engagement, d’attachement et…de ventes. Elles peuvent être liées à votre histoire, à celles de la fondatrice, de la société ou d’un travail collaboratif de toute l’équipe. Elles doivent être claires, simples et comprises par tout le monde. Si par exemple l’excellence fait partie de vos valeurs vous devrez éliminer «fantaisiste» et «versatile» des attributs de marque.

Déterminer les objectifs business

L’identité de marque n’est pas là pour la déco et je le répète, elle est destinée à vous aider à pénétrer un nouveau marché, lancer un nouveau produit ou service, et créer une connexion avec votre public, bref, créer du résultat. Donc si par exemple vous souhaiter viser un marché haut de gamme, vous devez éliminer les attributs «version beta» et «abordable».

Identifier ses clients

Enquêtes, études et interviews doivent vous permettre de dresser la persona de vos catégories de clients. B.a-ba de la démarche de Design Thinking. De nouveau, si votre cible est plutôt jeune, certains attributs comme «version beta» et «transparence» peuvent servir de pilier à l’identité de votre marque. 

Déterminer sa personnalité

Il s’agit de répondre à la question «Que voulez-vous que perçoive de vous cos clients ?»  Vous devez créer une identité consistante sur laquelle pourra s’accrocher votre clientèle. En d’autres mots, lors de la sélection final des attributs identitaires (les cartes) vous devrez en retenir 5 maximum en éliminant celles qui sont trop dissonantes : Versatile et rigoureux sont peut-être des attributs trop éloignés pour rester dans votre sélection finale.

Trouver le message

Une fois la sélection finale effectuée, jouez à plusieurs à faire une phrase, créer slogan dans lequel on comprenne facilement les attributs que vous avez sélectionné et que vous pourrez communiquer.

Réfléchir à son image

Enfin, lors de cette dernière étape, accompagné ou pas d’un graphiste, designer ou dessinateur vous pouvez réfléchir aux couleurs, formes, polices, allusions culturelles, etc. que votre travail de sélection vous inspire.

identité de marque

Construire une identité de marque est un travail muti-disciplinaire et stratégique. Chaque composante de celle-ci doit supporter le message global et vos objectifs business. Si vous transmettez ensuite le résultat de ce travail collaboratif à un tiers (agence ou graphiste) soyez le plus complet ET le plus simple possible. C’est à vous de faire le premier effort de clarté avant d’envoyer vos éléments à votre agence. C’est aussi de cette clarté que le graphiste pourra ensuite faire son travail et vous surprendre. 

L’entretien de départ

L’entretien de départ

L’ entretien de départ est une réunion entre au moins un représentant du département des ressources humaines de l’entreprise et le salarié partant (Dans le cadre de cet entretien particulier, le salarié a le plus souvent démissionné mais il peut très bien s’agir d’un départ à la retraite, la fin d’un contrat à durée déterminé ou un changement de service dans la même structure). Le représentant des ressources humaines doit alors poser des questions au salarié, lui demander de remplir un questionnaire, ou les deux. Il s’agit d’une analyse systématique de l’expérience professionnel vécue par le salarié partant. Ce n’est donc pas un simple rendez-vous lors duquel le salarié démissionnaire signe son solde de tout compte et rend sa carte de cantine.

Plutôt que de considérer ce salarié comme un individu qui n’a qu’à « aller se faire pendre ailleurs ! » il serait peut être plus judicieux d’obtenir un maximum d’information de sa part, en le sortant de toute pression qu’il pourrait subir de son encadrement et en l’aidant à prendre du recul sur la base d’un entretien franc et direct.

Mais nous ne somme pas seulement dans la correction corrective, il peut tout aussi bien s’agir d’une action préventive lorsqu’un salarié change de fonction au sein de la même entreprise.

L’entretien de départ est un excellent moyen de :

  •  Définir les bénéfices, en termes d’expérience et de développement des compétences que l’emploi a apporté au salarié afin d’identifier les éléments sur lesquelles communiquer dans le cadre de sa marque d’employeur ;

  • Connaître les raisons qui on démotivé le salarié et la date de sa prise de décision de partir afin de calculer précisément le coût de ce départ ;

  • Identifier les problèmes humains et organisationnels rencontrés (en général, et pas seulement ceux qui ont déclenché le départ) ;

  • Apporter une réponse rapide à un problème émergent dans le management du capital humain ;

  • Mesurer les résultats du management de la fidélisation ;

  • Améliorer les méthodes de fidélisation ;

  • Obtenir des informations sur l’entreprise qui a embauché le salarié ;

  • Laisser une image positive au salarié sortant afin que celui-ci continu à être prescripteur.

Entretien de départ

Téléchargez le guide en cliquant sur l’image

Entretien de recrutement en 110 questions

Entretien de recrutement en 110 questions

Entretien de recrutement. En faisant un peu de ménage dans mon disque dur, je suis tombé sur plusieurs kits que j’avais conçu pour FocusRH. Lorsque FocusRH était encore dirigé par son fondateur Laurent Pilliet.

Le revoici en téléchargement libre. S’il peut vous servir, j’en suis ravi.

 

Entretien de recrutement focusRH

Le recrutement, avenir de l’entreprise

Le recrutement est le premier contact direct entre l’entreprise et les candidats et la première action de management de l’organisme envers ses salariés potentiels. C’est l’embauche qui donne ou non l’impulsion de départ au futur lien d’attachement de l’employé à son l’employeur.

Par les coûts directs et indirects que cette pratique engendre (frais des cabinets de recrutement, vacance de poste, perte de client, baisse de motivation, etc.), le recrutement se doit non seulement d’être efficace mais d’abord et surtout d’être efficient. Cette action de recrutement demande donc des efforts particuliers de prudence et de rigueur : évaluer un candidat et être capable de faire un choix équitable lors d’un entretien de recrutement ne s’improvise pas.

 

Les questions à poser

Les questions basées sur l’identification du comportement passé du candidat ne s’improvisent pas. Ces questions sont issues d’un long processus qui commence par des entretiens avec les personnes occupant le même style d’emploi pour établir le profil idéal et la description de fonction réelle.

Il s’agit de poser des questions demandant au candidat de se projeter dans le passé et de répondre à une question précise sur la base de son comportement passé. Il ne suffit pas de demander s’il sait faire ceci ou cela sans qu’il explicite dans quelles circonstances il l’a prouvé. Les options prises dans le passé par le candidat et les exemples choisis vous démontreront aussi l’intérêt qu’il a pu porter à ses précédents emplois. Il est assez facile de différencier une personne passionnée qui parle d’une expérience importante dans sa vie professionnelle d’une autre qui a passé un très mauvais moment. Si le CV est très souvent enjolivé, il est bien plus difficile de maquiller ses expériences passées pour répondre à des questions très précises.

Ces questions doivent être préparées à l’avance et standardisées pour qu’elles soient posées à tous les candidats lors de l’entretien de recrutement. La préparation est également importante. Si les questions n’ont pas été données au candidat avant l’entretien pour qu’il les prépare un minimum, il ne faut pas intervenir pour combler un silence qui se prolonge pendant que le candidat réfléchit à la question posée.

Recruteur, pas inquisiteur

Les questions du recruteur ne servent pas à ” piéger ” le candidat sans pitié mais à le guider dans la description de ses compétences et le contexte de leur mise en œuvre. D’autant plus que le candidat déstabilisé n’aura pas de réaction significative pouvant servir à savoir s’il correspond ou non à l’emploi. Et c’est sans compter que la vulgarisation des techniques d’entretien permet maintenant aux candidats de de venir des champions de l’entretien en camouflant leur manque de compétence ou de personnalité pendant l’entretien de recrutement.

La législation

La législation autorise l’utilisation de techniques de recrutement à la condition que le candidat en soit informé lors du premier entretien (Article L121-7). Certaines questions sont à évitées (encart 1) tandis que d’autres sont tout simplement interdites (encart 2). Ainsi par exemple, si vous avez le droit de demander à une femme si elle attend un enfant vous ne pouvez pas lui demander si elle souhaite en avoir un.

Comment j’organise les “Brainstrusts” de mes clients

Comment j’organise les “Brainstrusts” de mes clients

benjamin chaminade braintrust
Un Braintrust s’organise sur le constat que toute personne engagée dans un projet créatif complexe court le risque de :
 
► se perdre dans la complexité du sujet
► se décourager dans la durée
► se retrouver bloquer par un manque de prise de recul
► être submergée par le nombre d’idées
► oublier que ce projet n’est pas pour elle…mais pour des clients.
 
Et ce, peu importe qu’elle soit talentueuse, passionnée, organisée ou visionnaire.
 
La suite sur Glukoze