Conférence-Atelier Agrica en Visual thinking

Conférence-Atelier Agrica en Visual thinking

Cette conférence-atelier a été divisée en 4 partie :

  1. Les profils créatifs -> Quel profil êtes-vous et comment pouvez vous participer à un Brainstorming ?
  2. L’innovation continue -> Comment collaborer avec ses clients pour préparer son avenir ? Quelles sont les valeurs de notre entreprise et comment faire pour les faire évoluer ?
  3. L’innovation Adjacente -> Quelles sont les grandes tendances technologiques, sociétales, etc qui touchent notre secteur économique ?
  4. L’innovation Disruptive -> Comment simplifier ou transformer notre offre ?

benjamin chaminade glukoze

Conférence : le contexte avant tout !

Conférence : le contexte avant tout !

 

Avant de vous lancer à corps perdu dans la création de vos slides – parce que vous n’imaginez pas d’autre façon de faire une intervention* – sachez qu’il y a plusieurs façons de présenter et que cela dépend du contexte de votre audience.

* ce qui démontre sans doute une certain manque de confiance en vous…

1 – Apprendre

Vous avez face à vous une audience qui cherche à apprendre ce que vous savez-faire, qui souhaite pouvoir utiliser la méthode que vous avez développé, la pratique que vous avez à partager, la démarche que vous … bref vous avez compris.

Mon habitude pour être sur de ne pas tomber à coté du sujet est simple : Faire travailler l’audience avant et pendant l’intervention !

Pour cela je leur demande de collecter les questions qu’ils peuvent avoir. Ce qui permet d’identifier le niveau de maturité de l’audience et d’adapter son speech de départ (qui donne un peu de contexte au début) et savoir comment me présenter (toujours adapter votre présentation à l’auditoire, n’oubliez jamais : légitimité = crédibilité)

Ensuite c’est simple, cela s’appelle un Q&A ! Je sais que c’est l’exercice le plus difficile de la profession mais c’est aussi le plus motivant : vous répondez à de vraies interrogations et ne faites pas défiler des slides jusqu’à épuisement de votre auditoire.

Par contre, le niveau de difficulté est ✭✭✭✭✭ car vous êtes sans aucun filet et il faudra parfois apprendre à dire “Je ne sais pas”.

2 – Subsidiaire 

Vous vous voyez en haut de l’affiche. Vous avez reçu la newsletter annonçant votre venue avec votre bio et votre bobine, votre biobine ? Vous pensez maintenant que vous allez être la star de la soirée.

Désolé pour vos chevilles mais dans ce contexte, vous n’êtes pas la star, vous êtes le moyen, voir l’outil.

L’objectif des organisateurs ici est d’avoir un maximum de monde à leur événement pour networker ensuite, présenter leur offre avant et montrer pendant qu’ils sont au top de ce qu’il se passe…puisqu’ils vous ont invité.

Certes, vous êtes sans doute connus, et dans ce cas “Good on you” comme nous disons en Australie. Vous avez donc été invité pour votre capacité à remplir la salle, votre expertise…à voir.

Maintenant, il y a de fortes chances que vous soyez le conférencier “à la mode” ou que plus simplement vous traitez d’un sujet dont on parle en ce moment. Alors ne vous emballez pas, c’est juste que votre heure est venue.

Le niveau de difficulté est de seulement ✭✭✭✭✭ car même si vous êtes nul cela donnera toujours un sujet de discussion pour le networking autour d’un verre qui aura lieu après votre intervention : “J’ai été déçu de cette intervention, qu’en pensez-vous Monsieur le préfet ?*”.

* « Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite. »

3 – Inspiration

Cette fois-ci, vous ne serez pas invité pour votre technique mais pour votre capacité à raconter votre parcours, la façon dont vous avez dépassé les obstacles et surtout votre capacité à rendre l’audience concernée par votre histoire qui devra, en sortant de votre intervention, mener une action donnée : Défoncer la concurrence ou oser prendre un risque quelconque.

Ici, le plus important n’est pas de faire de beaux slides ! C’est de savoir utiliser les règles du storytelling comme notamment la progression dramatique pour transférer une certaine charge émotionnelle sur votre audience. Pour cela, vous devrez présenter votre appel à l’aventure et garder l’audience captivée jusqu’à la résolution finale.

Le niveau de difficulté est ✭✭✭✭✭ pour des raison de technicité et de préparation. Trouver les justes anecdotes et le lien qui relie votre expérience avec le vécu de l’audience peut-être très difficile.

4 – Comprendre

Ce contexte est simple : Un nouveau mot à la mode se propage (Blockchain), une nouvelle tendance se dégage (expérience virtuelle) et vous avez été identifié comme expert du sujet parce que :

  • vous êtes vraiment un expert sur le sujet (vous n’êtes pas à l’abri)
  • ou plus simplement parce que vous avez écrit un article sur ce sujet.

Ici, le niveau de difficulté est ✭✭✭✭ parce que vous êtes face à une audience qui ne connait pas le sujet. Vous pourriez raconter n’importe quoi et vous en sortir sans problème.

Je ne donne pas de nom mais j’ai déjà vu des conférenciers présenter un contenu intégralement pompé d’un article traduit d’un site américain en allant jusqu’à récupérer les photos de l’article.

Ce sont des conférenciers «Slideshare».

Si vous ne savez pas ce qu’est Slideshare et que vous invitez des intervenants, je vous propose d’aller voir. Vite !

Dans ce type de contexte je vous invite à rapidement apprendre à dessiner, ou à «dessinouiller» plutôt pour présenter votre sujet à votre public.

Alors bien sur ces contextes peuvent s’additionner, surtout le n°2 qui est compatible avec tous les autres….

benjamin chaminade conférence

Mode d’emploi de ce Blog

Mode d’emploi de ce Blog

Tendance. Mode d’emploi de ce blog. Pas sur que je puisse adapter ce système à chaque article de ce blog. L’idée est de vous orienter selon la crédibilité de la tendance et sa faisabilité. Ce qui ne fonctionnera qu’avec les articles sur les tendances, évidemment. 

Évaluation de la tendance

Sous le titre de chaque article se trouve :

• Le niveau de Crédibilité représente le nombre de recherches et d’expérimentations disponibles en entreprise.
• Le niveau de Faisabilité détermine le niveau de complexité de mise en œuvre de la tendance en entreprise.

Ces chiffres sont purement indicatifs. Une tendance notée 5/5 ne sera pas forcément meilleure qu’une idée notée 0/0. Une tendance notée 5/5 sera moins complexe à mettre en place et demandera moins de prise de risque car elle a été largement documentée. Par contre, il est très probable que vos concurrents l’aient déjà compris depuis longtemps !
mode d'emploi des tendancesMode d’emploi. Exemple de notation :

  • Crédibilité 0 / Faisabilité 0 : Idée vraiment étrange et complexe à mettre en oeuvre. Oserez-vous la considérer ?
  • Crédibilité 1 / Faisabilité 3 : Tendance facile à mettre en place mais sans doute jugée comme peu crédible, idée qui n’a sans doute jamais été expérimentée. Foncez ?
  • Crédibilité 3 / Faisabilité 1 : Certaines entreprises ont commencé à mettre en place cette pratique, peut-être que des universitaires mènent des recherches sur celle-ci. Risquez ?
  • Crédibilité 5 / Faisabilité 5 : Tenndance supportée par des recherches scientifiques éprouvées. Concept rassurant mais peut être pas si innovant puisque des entreprises la mettent déjà en pratique.

Pour vous aider à vous y retrouver, dans ce mode d’emploi, l’image illustrant l’article est dans la dominante de l’idée : Rouge, Orange,  Violette ou Grise. Vous remarquerez que l’on retrouve les différentesstratégies d’innovation, de radicale (0/0) à continue (5/5). 

Mise à Jour 2021 du mode d’emploi

Comme vous l’avez sans doute remarqué, j’ai arrêté d’écrire sur les tendances. Et ce, pour plusieurs raisons :

  • Tout le monde fait de la tendance. C’est une bonne chose que la tendance est démocratisée. C’est la somme de documents, vidéos,
  • La chasse au tendance est trop contemplative pour moi. Je préfère réponse à des questions plus concrètes comme “que fait-on maintenant ?” et “par quoi faut-il commencer ?”
  • Je m’intéresse aujourd’hui d’avantage à la “trendability” ou “tendancabilité” qui s’intéresse à l’intégration des tendances en entreprise. Mode d’emploi
Travaillons ensemble

Travaillons ensemble

Innovation et management. En tant que dirigeant d’entreprises, conférencier et consultant en innovation et management, j’apporte de la valeur aux dirigeants. Mais aussi aux responsables RH, enseignants, consultants et politiques. Bon, et très souvent aux étudiants également. J’essaie aussi, pour marquer ma différence, de décrypter et décaler. D’animer et agiter. D’imaginer et implémenter.

Téléchargez la plaquette

innovation et management benjamin chaminade

Innovation et management

Je décale l’action, et mes propos, en permanence pour faire des liens inattendus. Je propose des idées sans avoir peur du ridicule (cf. mon podcast “Iconoclaste“). Je suis autant iconoclaste que je peux l’être. Il faut rester crédible dans un pays n’autorisant pas n’importe quelle originalité. Pour cela, je lutte contre les réflexes conditionnés, le copier-coller institutionnel en proposant des idées nouvelles ou en rappelant des pratiques oubliées. Parce tout n’est pas à propos de l’avenir et que le passé à des choses à nous rappeler.

Ma volonté est d’ouvrir de nouveaux choix dans un monde de plus en plus normé et étouffant. C’est l’innovation adaptée aux RH dans un style de management contre-intuitif.

C’est surtout le développement des valeurs de notre temps : liberté, échange et différence !

Décrypter et décaler évolutions sociétales

Mes interventions sur les millennials et l’intergénérationnel depuis 2004 m’a permis de suivre de près l’évolution de ce sujet. En terme de comportement des salariés et de la perception des entreprises certes. Mais surtout de prendre du recul sur les évolutions sociétales en cours et les pratiques innovantes mise en place. De la TPE à la multinationale à travers le monde. Intervenir d’un pays à l’autre m’a prouvé que malgré les différences culturelles auxquelles je dois m’adapter, il y a une constante.

Mon rôle n’est pas d’avoir raison mais de partager une vision du monde. Aidé par une équipe pluridisciplinaire, j’aide les responsables d’entreprises à rester en contact avec les tendances de leur activité d’innovation et de management. Je leur fait gagner du temps en leur indiquant où regarder pour lancer des actions concrètes et rapides.

Animer et agiter

Pour avoir un impact, je pense que le lancement d’un projet d’entreprise – en plus d’être soutenu dans le temps – doit rassembler l’ensemble des acteurs de l’entreprise.  N’étant pas tenu par un seul client qui me nourrit, je peux me permettre de garder ma liberté de ton sans oublier que le premier client est l’entreprise dans son ensemble. Et pas seulement ses dirigeants ou actionnaires. C’est en utilisant cette liberté que je me permets de jouer le rôle de “poil à gratter” pour reprendre l’expression de mon co-auteur Armand Mennechet. Il faut en finir avec les non-dits sources de rumeurs, les peurs inappropriées et la perte de confiance. Certes, parfois méritée.

Imaginer et implémenter

Mon rôle en entreprise ne consiste pas seulement  à mettre en place, mais à concevoir. Pas seulement à expliquer, mais à initier. Pas seulement à exploiter, mais à expérimenter. Pas seulement à appliquer, mais à inventer. Innovation et management

Créativité intuitive

Pourquoi ce blog ?

Pourquoi ce blog ?

blog benjamin chaminade. Blogueur depuis 2005, je m’étais bien juré de ne jamais avoir de site à mon nom au-delà de mon profil linkedin. Par discrétion et par crainte de trop m’exposer. Je dois bien avouer que mon avis est très partagé sur ceux qui utilisent leur nom comme raison sociale.

Sans faire de demi-mesure, je pensais jusqu’à très récemment que ceux qui lancaient leur site en mettant leur nom en avant (et qui ne sont ni transporteur routier, ni déménageur) étaient au choix :

(suite…)